• Direction St Malo, petite halte pour y déjeuner, mais alors là, pas moyen de trouver un restau, du monde, des touristes, comme moi, qui n'étais que de passage !

    Un peu déçue, car y étant allé il y a bien, heu plus de 40 ans , j'avais eu le temps de faire le tour des remparts, de voir toute la ville, qui est très belle, mais mon chef de mari était pressé  ( comme toujours ) ...

    Bref, vous connaissez toutes et tous cette ville .

     Aprés le Cotentin ...

     

     

    L'origine de Saint-Malo remonte au 6ème siècle, comme beaucoup de villes ou villages de la région.

    Son fondateur, Mac Law, d'origine galloise, faisant oeuvre d'évangélisation, s'installa dans le pays d'Aleth. Controversé par une partie de la population, il s'exila en Saintonge où il mourut en 627. Mais la ville de Saint-Malo n'existait toujours pas à cette époque : rocher isolé à côté de la cité, il en devint petit à petit le refuge à la suite des invasions des Francs puis des Vikings.

    Au cours de son histoire, la cité corsaire vit son aspect se modifier considérablement.

    C'est au 12ème siècle qu'elle devint Saint-Malo-en-l'Isle et qu'elle commença son développement.

    Cette ville reflète parfaitement l'esprit malouin : indépendant et valeureux. Cette volonté d'indépendance l'a engagée au cours des siècles dans de nombreuses batailles, y compris contre les rois de France ... pour devenir par la suite un de leurs meilleurs serviteurs. ( pris sur le net )

     

    En plus ce jour là, le temps était un peu gris !!

     Aprés le Cotentin ...

    Nombre de grands hommes y ont fait l'histoire et la renommée du pays : Cartier, Duguay-Trouin, Maupertuis, Lamennais, etc. Ils sont tous présents, autour de la vieille ville : ils y ont tous leur statue. Elle rappelle au visiteur qu'il foule un sol illustre ..

    Ceux dont le nom revient le plus souvent sur les lèvres représentent les deux extrêmes de l'âme malouine : Surcouf, valeureux corsaire qui a donné son surnom à la ville et Chateaubriand, le poète qui en écrivit les plus belles pages. Né selon la légende (#) sur l'île du Grand Bé, il y repose, face à la mer.

     

     

     Aprés le Cotentin ...

     Aprés le Cotentin ...

     Aprés le Cotentin ...

     Aprés le Cotentin ...

    Bizarre les gargouilles, un petit éclairci ..

     Aprés le Cotentin ...

    Et là, je me suis cru Place du Tertre, a Paris !!!

    Successivement forteresse puis cité de commerce maritime et de grande pêche, la ville fut presque entièrement détruite ... par l'armée américaine en août 1944 afin d'en déloger une garnison allemande.

    Elle a été reconstruite presque à l'identique et offre ainsi, comme par le passé pour les visiteurs venant du large, cette réelle impression d'être la "forteresse de la mer".

    On a quand même trouvé un endroit pour se restaurer et reprendre la route en direction de Locquirec ...


    13 commentaires
  • De retour chez moi !!

    et lorsque l'on part 15 jours, vous savez qu'en rentrant, des crouchcrouches aux matous, contents de nous revoir, ma voisine Francine a bien pris soin d'eux !! 

    Et puis il y a les courses , la lessive et surtout le jardin, bou, que de vilaines herbes !!

    mais 1 jour à la fois ...

    Donc pour aller en Bretagne je passe par le Cotentin, voir fille et petite fille  et gendre,  tout ce petit monde vit à Bricquebec, petite bourgade, bien jolie..

    Un peu d'histoire sur elle ...

    L’origine de la ville semble remonter au temps des vikings. En effet, en l’actuel emplacement du bourg se trouve un plateau schisteux dominant une petite vallée où coule un ruisseau que les vikings nommaient le Brekkubekk (le ruisseau de la pente). Ce lieu est à l’époque un important carrefour des chemins venant des quatre points cardinaux.
    Le duché de Normandie est créé en 911. En 933, le Cotentin y est rattaché. Des seigneurs vikings y sont alors envoyés pour assurer l’autorité ducale.

    Bonjour ...

    Bonjour ...

     

    Bonjour ...

    Un certain Anslech ; proche du duc Guillaume Longue-Épée et tuteur du jeune Richard I (Sans Peur), serait le premier seigneur de Bricquebec dès 942. Il s’installe sur le plateau et réalise les premières constructions dont un château en bois. Son petit fils Guillaume Bertrand (anciennement Bertram) donne son nom à la première grande famille seigneuriale de Bricquebec. L’un d’eux, Robert Bertrand 1er est notamment un des compagnons de Guillaume le Conquérant à la conquête de Angleterre.

    Bonjour ...

     

    Le Donjon, bâti sur une motte construite aux environs de l’an mil, d’une hauteur de 17 mètres, mesure 22 m 30. Il était à la fois tour de guet et en cas de guerre, le dernier refuge du seigneur, de sa famille et de tous les gens du château, étant par définition à usage résidentiel.

    Il reste quelques vestiges de l’architecture romane dans l’actuel Hôtel du Vieux Château, mais l’essentiel du bâtiment remonte à la fin du XII ème siècle (début gothique), des transformations importantes ont été faites probablement après 1450, entre autres dans la "Salle des Chevaliers".
    Plus loin, la "Crypte" ou salle basse, voûtée d’ogives au XIV ème siècle est tout ce qui reste du logis seigneurial d’origine qui possédait un ou deux étages.

    Le "Chartrier", tour carrée du XV ème siècle où les archives seigneuriales étaient soigneusement rangées, est aujourd’hui un local d’exposition.
    Le Musée Municipal, situé dans la "Tour de l’Horloge", était aussi l’entrée principale dans le château.

    Bonjour ...

    Bonjour ...

    Bonjour ...

    Bonjour ...

    Le ciel du Normand, le matin il peut être gris, et d'un seul coup un léger vent vient vous balayer tout ça, et hop ciel bleu !!!

     Je passerais vous faire coucou dans la journée !!!

     


    10 commentaires
  • Je n'ai guère le temps de venir vous voir, mais je pense a vous ...

    Entre terre et mer

    Entre terre et mer

     


    14 commentaires
  • sous un ciel matinal, breton...

    sous un ciel matinal, breton...


    11 commentaires
  • Sous un ciel Normand

    Quelques jours en Normandie, ensuite direction la Bretagne

    Donc une petite pause !

    a Bientôt

    Sous un ciel Normand


    9 commentaires
  • Sans être une grenouille de bénitier, j'aime bien les prendre en photo, ceux ci dans la cathédrale de Senlis !!


    16 commentaires
  • se situe au centre d’un triangle formé par Beauvais, Rouen et Amiens au cœur de la Picardie. Culminant à 188 mètres la commune a reçu en 1202 le titre de « ville » décerné par le roi Philippe Auguste.

    Au printemps et en été, les rosiers grimpants sur les façades transforment la commune en véritable roseraie.

    Blotti au revers d'une colline ce village semble vivre à l'écart de la modernité, figé dans le passé .

     

     

    Gerberoy

    Gerberoy

    Gerberoy

    Gerberoy

     

    Dommage, ce jour là, le soleil est arrivé tard !! Mais la balade valait le détour.

     

    Gerberoy

    Gerberoy

    Gerberoy

    Gerberoy

     

     

     

    • les ruines de l'ancienne forteresse que le peintre Henri Le Sidaner a transformées en un magnifique jardin visible depuis la promenade des remparts ;
    • les remparts, aujourd'hui agréable promenade bordée d'arbres, classée dés 1913 ;
    • l'Hôtel de Ville du XVIIIe et les vieilles rues pavées au charme de guingois.   
    • Gerberoy

       

       

      Gerberoy

       

    Sur la place, le puits aux Anglais. Selon la légende, lors de la libération de la ville au XVe siècle après une occupation anglaise, les ennemis auraient été jetés vivants au fond de ce puits, à 70 m de profondeur. Une légende parmi d'autres dans un village qui regorge d'histoires et d'anecdotes.

     

    Gerberoy

    Gerberoy

                                                                       La célébre Maison Bleu,

    J'ai chercher pourquoi et  ..

     

     « La plus peinte et la plus photographiée du village ». Construite en 1691, sa peinture bleue interpelle. Elle a été réalisée à base de feuilles de guède, qui produisent une teinture bleue, le pastel, et d'urine humaine « d'homme, prélevée le lundi car plus chargée en alcool »

    Bon on y croit ou ..... pas ....

     Quand à l'origine du mot Colombage il viendrait 

     Le terme de « colombage » utilisé couramment pour désigner un ensemble de « pans de bois » vient du mot colombe (n.f.), attesté en 1334 au sens de « jambage de porte », « poutre dans un mur » et poutre dans « solive de charpente », lequel est un doublet du terme « colonne » attesté sous la forme columbe en 1080. ( d'après Wikipédia )


    15 commentaires
  • 7

    7°, ce matin, il y'avait 7 degrés sur le thermomètre dans ma courette, j'y croyais pas, pourtant j'avais bu mes 2 cafés a 7 heures

    mis mes lunettes sur le nez !!

    Remis ma bonne robe de chambre en pilou, mes charentaises et mon pyjama hiver !!

    C'est quoi cet été, me suis cru en novembre, d'ailleurs mon chef de mari a suggéré de mettre la chaudière en marche, non mais ça va pas !!

    Bon , j'espère que chez vous fait meilleur que dans le Nord-Pas de calais ...

    Sinon un petit tour a Gerberoy, classé parmi le plus beau village de France et c'est vrai , j'y suis allée ...

     

    C' est de la Picardie et de la Normandie que l’on trouve dans les maisons de Gerberoy où torchis à colombages et hourdis de briques se côtoient dans un mélange plein de charme qui séduisit le peintre post-impressionniste Henri le Sidaner. C’est à lui que le village doit quelques-uns de ses charmes : de magnifiques jardins à l’italienne et la Fête des Roses organisée chaque année depuis 1928 avec un succès qui ne se dément pas.

    7

    7

    7

     

     

       Sur les conseils d'Auguste Rodin, Henri Le Sidaner s'installe à Beauvais en 1900 et découvre début 1901 grâce à Auguste Delaherche, grand céramiste beauvaisien, une cité moyenâgeuse et fortifiée tombée dans l'oubli le plus absolu : Gerberoy. Ce petit village de l'Oise, lui inspira plusieurs centaines de peintures ; il en fera aussi une œuvre d'art.

     

    7

    7

    7

    7

    De toutes petites ruelles pavées, on a cette sensation d'être hors du temps, une autre époque.

    7

     

     

     


    13 commentaires
  •  

     

    Le château de Flamanville est un château de plaisance, du XVIIe siècle.

     Le château est reconstruit entre 1654 et 1660, sur les vestiges d'une ancienne maison forte du XIe siècle, par le marquis Hervé Basan de Flamanville. L'évêque Jean-Hervé Basan de Flamanville y est né.

     En 1778, un grand pavillon est construit par Jean-Joseph Le Conte de Nonant, marquis de Flamanville, pour permettre à Jean-Jacques Rousseau d'y terminer sa vie paisiblement. Sa fille, Monique Le Conte de Nonant (1754-1820), épouse de François de Bruc, hérite du château. Donatien de Sesmaisons en devient propriétaire en 1830.

     En 1888, la famille de Sesmaison vend le château à Charles Milcent, qui le transmet ensuite à son gendre André Rostand (1878-1965).

     En 1986, le château devient la propriété de la commune de Flamanville.

    Dans le Cotentin..

    Dans le Cotentin..

    Dans le Cotentin..

    Dans le Cotentin..

    Dans le Cotentin..

     

     

     La famille des Bazan fut à la tête du parti français dans le Cotentin contre les Anglais à la fin de la guerre de cent ans, de 1418 à 1450. Cette remarquable demeure est entourée d’un très beau parc avec étangs, jardin de dahlias, avec Conservatoire National du Dahlia, mur de clôture, glacière et la Tour Jean-Jacques. Inscrit à l'Inventaire des Monuments Historiques, le vaste bâtiment principal et les dépendances sont en granit taillé couvert d'ardoises et présentent un intérêt historique et patrimonial. Fortifiés et flanqués de tours crénelées, les bâtiments et la grande cour d'honneur sont entourés de douves en eau. Une chapelle s’élève à l'extrémité gauche.

     

     

    Dans le Cotentin..

    Dans le Cotentin..

    Aujourd'hui le château est le lieu de nombreuses expositions artistiques, les salles sont réservées a cette effet.

     Le parc de Flamanville se compose de bois et d'étangs, et de nombreux sentiers qui invitent à la promenade. Le parc de Flamanville possède également un conservatoire de dahlias riche de 1150 variétés, ouvert au public toute l'année.

     

     

    Dans le Cotentin..

    Dans le Cotentin..

    Dans le Cotentin..

    Dans le Cotentin..

    Un grand potager, bien travaillé...

    Lorsque je vais là-bas, c'est toujours un plaisir de me promener dans cet endroit !

     

     

     

     

     

     

     

     

     


    20 commentaires
  • Outre les monumentaux pressoirs en chêne et le traditionnel tour à piler, sont rassemblés les différents modèles de broyeurs à pomme, plusieurs récipients et ustensiles : "godiâos"( verres) "marquis" un pichet, ou encore moques un pot en gré et "Dames-Jeannes", les grosses bouteilles en verre ou en gré.  ainsi que des objets évocateurs de la vie quotidienne.

    le lit clos, pas grand ce lit, je me demande même s'ils ne dormaient pas presque assis !!

     

     

    Drôle de lit ...

    et la fameuse armoire Normande !!

    Le mobilier qui constitue le décor intérieur des maisons normandes est assez varié et important, mais c’est l’armoire qui y occupe la place prépondérante. Cette importance est double car l’armoire a une valeur très sentimentale puisqu’elle est le plus souvent apportée par la jeune fille au moment du mariage, et qu’elle contient son trousseau.

    Elle n’était pas forcément placée dans la chambre des époux, mais occupait la meilleure place de la plus belle pièce, car elle représentait aussi un symbole du rang social de la jeune épousée.

    Drôle de lit ...

    Drôle de lit ...

     Le lit Croque-la-Pomme, taillé dans un tonneau à cidre, sculpté de motifs naïfs et érotiques, évoquant le péché originel.

     

      Drôle de lit ...

     

     Le lit Croque-Pomme, peut-être inspiré par Diogène, philosophe grec, qui logeait dans un tonneau.

    Louis Gelhay, couvreur de son état, entreprit a sa retraite de fabriquer son lit dans cette tonne, datée de 1831.

    Il sculpta, au trait le péché originel, en s'inspirant de la bible , des fresques et sculptures de l'Egypte ancienne.

    Il avait l'esprit coquin, ce Monsieur ....Il mourut en 1987 a l’age de 75 ans, ses enfants trouvant ce meuble quelque peu encombrant, mais soucieux de conserver cette oeuvre originale en firent don au musée du cidre de Valognes en 1990..

    Je l'ai vu et moi j'vous l'dis, drôle de lit ..

     

    Drôle de lit ...

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     


    15 commentaires
  • Oui, je suis sure que vous connaissez " l'Or Blond des Normands " le CIDRE ..

    Il y a un petit musée du cidre a Valognes, trés bien situé proche d'un cour d'eau , une vieille bâtisse .

    Le Musée Régional du Cidre est installé dans la Maison dite du « Grand Quartier », dernier immeuble subsistant d'un édifice construit au 15ème siècle.

    Bâtie vers 1480 à usage de teinturerie pour draps de laine, cuirs et peaux, cette maison a ensuite servi de caserne de 1733 à la fin du XIXème siècle.

    Connaissez-vous..


    Ouvert depuis 1972, le Musée dispose de la plus riche collection Française  consacrée à « l'Or blond des Normands », répartie dans douze salles, le tout dans un remarquable exemple d'architecture médiévale.

     

    Connaissez-vous..

    Le cidre était déjà consommée dès l'antiquité par plusieurs peuples tels que les Hébreux qui le nomment « chekar », les Égyptiens, les Grecs qui le nomment « sikera » et les Romains qui le nomment « sicera ». Dans l'Antiquité, Pline et Strabon évoquent des boissons aigres fabriquées à partir de pomme. Le géographe grec Strabon, décrit l'abondance de pommiers et de poiriers en Gaule et mentionne qu'il se consomme au Pays basque le Phitarra. Cette boisson est obtenue grâce à des morceaux de pommes que l'on met dans de l'eau bouillante et un ajout de miel.

    Connaissez-vous..

    Connaissez-vous..

    Dès l'époque gallo-romaine, les Basques, qui prennent la suite des Romains, entretinrent des rapports fréquents avec la Normandie et les îles anglaises par des routes maritimes. Il n’y a pas de documents sur les débuts de la culture du pommier à cidre chez les Basques, mais elle est sans doute très ancienne.

    Connaissez-vous..

     

    Connaissez-vous..

    Au Moyen Âge, les marins de la côte basque le firent découvrir aux marins bretons et normands et en exportèrent jusqu'à la Méditerranée. Dès 1189, apparaît dans le Labourd le premier règlement écrit en France sur les pommeraies, suivi par d'autres documents, ordonnances et décrets royaux du Royaume de Navarre (principale province basque) sur les pommiers et le cidre. La technique de fabrication importée en Normandie par Guillaume Dursus se développe dans d’autres régions comme la Savoie. Au XIXe siècle, le cidre était la deuxième boisson la plus consommée en France.

     

    Connaissez-vous..

     

    Connaissez-vous..

     

     

     

    L'apogée du cidre date de la fin du XIVe siècle, dans la zone humide du Guipuscoa entre autres, où il se buvait plus de cidre que le vin, soit un litre de bière par an pour 150 litres de cidre. ( d'aprés Wikipédia , on en sait un peu plus sur cette boisson , qui a , parait-il aussi, des vertus médicinales , a vérifier !!

     

    Connaissez-vous..

     

     

     

     

     

     

     

     

     


    19 commentaires
  • Hier, dimanche, la pluie était au rendez-vous, mais jamais , au grand jamais je n'aurais pensé qu'il y aurait eu cette mini tornade de passage dans ma rue !!

    Des tuiles envolées des arbres cassés et arrachés,  cela n'a duré que quelques minutes, mais qui m'ont parues longues !!

    Braves pompiers, qui ont remis les tuiles d'un de mes voisins, qui menaçaient !

    J'ai eu là une angoisse pour ma toiture !!

    On s'ennuyait presque

    On s'ennuyait presque

    On s'ennuyait presque

    On s'ennuyait presque

    On s'ennuyait presque

    On s'ennuyait presque

    Espérons que le calme revendra , le vent souffle encore un peu !

    Bonne semaine

     


    14 commentaires
  • Depuis une semaine j'ai le chat d'une de mes filles, Charlie en vacances chez nous, étant elle même partit en vacances.

     

    histoire de chats...

     J'ai déjà 2  chats Minette, qui a bientôt 14 ans, encore bien alerte, une petite chatte naine écaille de  tortue, assez  hargneuse, et très indépendante !!

     

    histoire de chats...

    Et Tiky, du genre gros pépère, très cool, qui lui ne demande qu'a cohabiter avec tout le monde, très sociable, d'ailleurs il va manger chez les voisins , alors qu'il a eu sa ration à la maison !!

     

    histoire de chats...

    Ba , au bout de cette semaine, c'est pas encore l'entente cordiale avec le Charlie, trouillard, mais super câlin !!

    Il a testé toutes les pièces de la maison, tous les coins et recoins, sauf le jardin, trop froussard !!

    Quand aux 2 autres, comme ils sont chez eux, d'ailleurs même moi je ne suis pas chez moi mais chez eux, les chats ....ils ont finit par l'ignorer !!

    J'adore les chats !!!!

    Quelqu’un a dit, je ne sais plus qui, : Plus je connais les hommes, plus j'aime mon chat !! hé !!

     wink2

    Bon dimanche

     

    histoire de chats...

     Un dimanche qui s'annonce venteux et pluvieux !!!

     

    histoire de chats...

     

     

     

     


    10 commentaires
  •  

     

     

     Alors si jamais vous allez vous balader dans le Cotentin, tout la haut, prés de Cherbourg, sans faire de pub, faite un p'tit tour, a SORTOSVILLE en Beaumont ...

    Merci a Microbidouille pour son tuto concernant les tableaux, bon pas encore top, mais avec obstination la prochaine fois je ferais mieux !!

     


    14 commentaires


    Suivre le flux RSS des articles de cette rubrique
    Suivre le flux RSS des commentaires de cette rubrique